C’est trop injuste !

Oh ! Caliméro, pourquoi trouves-tu que c’est trop injuste ? le printemps est bien là, regarde comme  la nature se réveille !

Oui, d’accord, l’hiver a été long et nous avons souvent « râlé » à propos de la météo, mais pas seulement !!!   

Heureusement que nous avons les gouttes magiques de ce cher Dr Bach qui a découvert que le Willow, le Saule blanc pouvait aider les « victimes » à devenir responsables et artisans de leur destin plutôt que de se plaindre sans cesse.

C’est lors d’une ballade dans la nature, dimanche, en admirant les bourgeons d’un saule que j’ai trouvé le sujet de mon infolettre du mois. Merci la Vie, merci le Printemps !

Alors sommes-nous, souvent ou parfois, des caliméros, des victimes, des insatisfaits, des râleurs, des négatifs, des aigris, des envieux ??

On considère une personne comme victime quand elle se croit abusée d’autrui ou d’un système. Elle vit un sentiment d’impuissance face à un domaine qui lui échappe. Par exemple victime d’un manque de temps, d’argent, de santé, d’amour, de compréhension, d’attention, de succès etc…

La personne dégage une énergie de « pauvre de moi » en se complaisant à se plaindre de ses problèmes dans l’espoir d’attirer l’attention, car elle croit, au départ, qu’elle n’est pas chanceuse.

.

Voici le portrait type d’une victime

  •  Elle se plaint de ce qui lui manque.
  •  Elle parle très peu des choses du présent, elle décrit plutôt des événements relié à son passé qui la trouble toujours encore, elle s’inquiète pour le futur.
  •  Elle a l’impression de ne pas être comprise.
  •  Elle écoute peu ce que les autres racontent et s’empresse de tout ramener à elle.
  •  Elle croit au hasard et à la chance, mais, selon elle, elle en est presque toujours dépourvue.
  •  Elle affirme que ce qui lui arrive est la faute des autres, de l’hérédité, de l’historique familial, ou des circonstances. Elle rejette donc le blâme sur autrui au lieu de prendre sa responsabilité.
  •  Elle veut paraître une personne faible pour attirer l’attention.
  •  Elle refuse ou ignore les conseils et les solutions qui lui sont suggérés en trouvant diverses excuses pourquoi elle ne réussit pas à avoir ou faire ce qu’elle veut dans la vie.
  •  Elle attend beaucoup des autres, de la société et de la vie.

Le côté victime de quelqu’un peut provenir de l’époque de sa jeunesse, soit de l’influence de ses parents ou des personnes proches qui se sentaient eux-mêmes victimes, soit d’une impression de vivre de l’injustice, soit d’avoir vécu dans l’isolement une situation désagréable ou douloureuse sans qu’elle n’ait obtenu l’attention désirée. Pour elle les solutions et le bonheur sont considérés comme dangereux parce qu’ils signifient la solitude. Elle croit que les autres ne s’occuperont plus d’elle si tout va bien.

Par conséquent, son attitude fait en sorte qu’elle s’attire des situations et des évènements de plus en plus fréquents et dramatiques qui lui rappellent sans cesse qu’elle est victime de la vie.

Tous les humains ont une partie victime mais à des degrés d’importance différents et de façon plus ou moins consciente. Pour découvrir à quel degré nous nous trouvons dans notre partie victime, Lise Bourbeau nous conseille de vérifier le domaine où nous éprouvons une « impression de manque » et que nous nous plaignons de ce manque, soit en paroles, en pensées ou encore lorsque nous critiquons ces aspects chez les autres.

Alors que faire ?

Si nous nous plaignons souvent de ne pas avoir d’argent, par exemple, c’est le meilleur moyen pour ne pas en avoir plus, à cause de la grande quantité d’énergie concentrée sur le manque. Nous devons plutôt adopter des comportements contraires. Avoir de la reconnaissance sans arrêt pour mille et une petites choses tout au long de la journée. Dire merci constitue l’attitude par excellence pour transformer l’énergie de manque en énergie d’abondance en tout.

Cependant, il est essentiel de ne pas tenter de se contrôler pour ne plus se plaindre car le but constitue à en devenir conscient et à accepter. Avec un peu d’humour et de compassion pour cette « pauvre de moi » nous parviendrons peu à peu à dédramatiser toute situation et à trouver nous-même nos propres solutions. Nous nous servirons de notre énergie pour nous diriger vers ce que nous voulons plutôt que l’utiliser pour se plaindre.

Nous découvrirons qu’il est beaucoup plus agréable et énergétisant d’attirer l’attention des autres en créant notre vie telle que nous la voulons plutôt qu’en n’ayant pas ce que nous voulons. 

j’arrête de me plaindre 😉

C’est décidé,

Je pense, j’agis et je crée en positif !

Et je me procure
les gouttes de 

 Fleur de Bach

Willow, Saule blanc

qui m’aideront à accepter pleinement la responsabilité de mon destin pour devenir l’artisan de ma vie !

.

Et si ce côté victime provenait de vos Blessures Emotionnelles ?

Notre côté victime provient souvent d’une Blessure d’Abandon ou d’Injustice. Ne serait-ce pas le moment d’en prendre conscience et de vous en libérer ?

Nous avons la solution pour vous chez Indigo :

Préférez-vous un accompagnement individuel ?

Choisissez le coaching thérapeutique personnalisé en consultations régulière au cabinet ou par Skype

ou la JOURNEE PRIVILEGE qui vous sera offerte -20 % lors du Salon des Thérapies Naturelles à Morges Beausobre 

Je vous attends avec des petits cadeaux sur le stand no 104 du Salon des Thérapies Naturelles de Morges Beausobre.

Je donnerai également une conférence samedi à 17h30 sur « Comment acquérir la Liberté d’être soi-même » ! A bientôt !

Si vos tracas vous aveuglent, vous ne pouvez pas voir la beauté du coucher du soleil ! « Krishnamurti »